Les demoiselles de Provence – Patrick de Carolis

4e de couverture :

La Provence du XIIIe siècle, pays de troubadours, est une terre très disputée. A force de courage et de ténacité, Raimon Béranger V en a fait un comté souverain.

Son épouse, la séduisante Béatrice de Savoie, lui a donné quatre filles : Marguerite, Eléonore, Sancie et Béatrice. Leur beauté, leur éducation et leur vertu vont assurer à ses quatre demoiselles de Provence les plus hautes destinées : par mariage, elles régneront sur quatre des royaumes les plus convoités d’Europe.

A travers la vie de ces quatre reines, l’auteur nous raconte le XIIIe siècle, ses guerres et ses croisades. On découvre ainsi toute l’Europe du Moyen-Âge, de la Provence à la France des Capétiens, de l’Angleterre à la vallée du Rhin, d’Aigues-Mortes à Naples – et l’Orient, de Tunis à la Terre Sainte. On vit les émotions de ces jeunes femmes, leur intimité et leurs secrets sous les ors et les fastes des cours royales, sans cesser d’entendre résonner le chant des cigales de Provence.

les demoiselles de provence

Mon avis :

Les demoiselles de Provence est un  roman racontant l’histoire des quatre filles de Raimon Béranger de Provence et de Béatrice de Savoie. Ces quatre filles deviendront les reines de royaumes convoités.

Nous suivons ces filles depuis leur jeunesse jusqu’à leurs derniers jours. Nous découvrons leur enfance, puis les tractations pour leur trouver des époux qui permettraient au comté de Provence de garder sa souveraineté, leurs mariages, les intrigues de leurs vies d’adultes. Le destin de ces femmes est vraiment fascinant et à travers celui-ci, nous découvrons tout un pan de l’Histoire du Moyen-Âge.

Avec ce roman, nous découvrons les querelles qui agitent le midi de la France entre les grandes familles de l’époque, ainsi que la méfiance vis à vis des Capétiens qui ont lancé la croisade contre les albigeois (les cathares) quelques décennies auparavant. On en apprend plus sur l’animosité qui existe déjà entre Capétiens (français) et Plantagênets (Anglais) un siècle avant le début de la guerre de Cent Ans. On découvre également le Proche-Orient avec la croisade mené par Louis IX (Saint Louis). On a également un aperçu du quotidien des gens des hautes sphères à cette époque : l’importance de Dieu, des pèlerinages, le taux de mortalité infantile élevé, la saleté des rues nettoyées uniquement pour les grandes occasions, l’importance d’avoir un héritier mâle, l’importance pour les cadets d’avoir des terres. L’ensemble parait bien documenté, malgré quelques petites incohérences (notamment l’aînée des filles de Louis IX et Marguerite âgée de 16 ans puis quelques pages plus loin de 13 ans).

Toutefois, j’ai eu du mal avec le style de l’auteur. Les demoiselles de Provence est un roman, pourtant, je me serais presque cru par moment dans un ouvrage documentaire. L’auteur, Patrick de Carolis, dans les passages narratifs, annonce les faits historiques d’une manière que j’ai trouvé assez froide. Il énumère des suites d’événements. Heureusement, les dialogues sont plus chaleureux mais je les ai trouvé trop peu nombreux à mon goût pour un roman. Du coup, je ne me suis pas vraiment attaché aux personnages et j’ai trouvé leurs caractères trop peu marqués. La seule qui m’a émue est Sancie, la musicienne mélancolique.

Dernier point, dans un ouvrage tel que celui-ci, évoquant des hommes et des femmes qui ont réellement existé pour la plupart, j’aime trouver une annexe où ils sont répertoriés avec leurs fonctions et leurs parentèles. Ce n’est malheureusement pas le cas ici ce qui est dommage vu le nombre de personnages évoqués.

En bref, un roman historique très intéressant mais au style un peu froid qui m’a malheureusement rebuté.

Ma note : ♥♥♥♥♥

Lu en lecture commune avec Bianca

Les demoiselles de Provence (2005)
Patrick de CAROLIS
Editions Plon
433 pages
Publicités

19 réflexions sur “Les demoiselles de Provence – Patrick de Carolis

  1. Et bien tu vois, mon avis va différer un peu du tien car en ce qui me concerne, j’ai adoré ce roman. Je l’ai lu pratiquement à sa sortie vu que j’ai vu un divertissement où Patrick de Carolis était l’invité et il parlait de ce roman. Alors oui il énumère des faits historiques mais j’ai trouvé que c’était un peu romancé (comme dans une grande partie de roman dit « historique »). En revanche, les dialogues étaient bien mais sans plus. Raimon Bérenger au début du livre m’a un poil assommée. Les quatre filles m’ont plu mais j’ai été plutôt touchée par Marguerite puis Sancie. Eléonore m’a surprise car de la jeune fille plutôt discrète (enfin un truc dans le genre), elle devient une vraie femme de pouvoir et ça en est légèrement flippant (elle m’a surprise). J’ai aussi apprécié cette petite histoire de cigale que le père offre à ses filles à leur mariage. Quel dommage qu’elle n’ait pas été un peu plus présente (qui à faire du romancé autant y aller à fond).
    Bref … tu me donnes envie de me replonger dedans en tout cas.
    PS : J’ai acheté Persuasion et Northanger Abbey de notre amie Jane Austen. Ca te tenterait une lecture commune avec moi ?

    • C’était une relecture pour moi aussi, je l’avais déjà lu à sa sortie 🙂 J’ai beaucoup aimé l’histoire des cigales aussi mais j’aurais aimé qu’elle ai plus d’importance. Ce livre est un roman mais finalement, j’ai trouvé que l’Histoire n’était pas assez romancée. Peut-être un parti pris de l’auteur pour plus coller à la réalité historique ?
      Raimon Bérenger m’a aussi assommé mais après réflexion, je me dis qu’il est exactement ce que devais être un homme à l’époque… Les trois aînées m’ont plu avec une réelle préférence pour Sancie mais Béatrice m’a vraiment déçue surtout que c’est à elle que son père confie le comté.
      J’espère que tu te replongeras dedans et que tu publieras ton avis, j’aimerais beaucoup le lire.
      J’adorerai relire Persuasion ! Pour la fin avril ça t’irait ? 🙂

      • Et bien avec je le relirais avec ma lecture de Delphine de Vignan vu que ma tante me passe le livre « Rien ne s’oppose à la nuit » tout à l’heure (vive les grands repas de famille ! 🙂 )et ensuite je relirai les Demoiselles de Provence. Et bien va pour Persuasion ! Et fin avril me convient très bien ^^

          • Effectivement GRAND veut au moins dire une vingtaine de livres si ce n’est plus pour moi alors j’imagine très bien ^^ Avec ma tante on limite à deux-trois vu qu’on habite dans le même village (mais je t’avoue que je fais le GRAND sac avec une autre tante 🙂 ). J’ai noté dans mon agenda notre LC (pour être sûre de pas la rater ^^) entre le 15 et fin avril (vu ton planning de LC)

            • Oui voilà, je l’ai noté pour le 30 avril en dernier délai on va dire 🙂
              Un grand sac qui traîne depuis 3 semaines dans ma chambre et dont je n’ai pas encore lu un seul livre ! haha

              • Le 30 avril c’est parfait. J’aurais fini tous mes examens et j’aurais donc largement le temps pour Persuasion. Je te bats pour le grand sac. 2 mois au pied de mon lit et je n’en ai lu … qu’un seul. 🙂

  2. Beau billet Céline, on est d’accord dans les grandes lignes même si je suis plus méchante que toi dans mon billet à paraitre demain ! Comme toi j’ai été gênée par le style ou plutôt l’absence de style de Carolis, il aurait mieux fait de ne pas faire un roman, mais un ouvrage historique, totalement d’accord avec toi !

  3. Pingback: Les demoiselles de Provence | des livres, des livres !

  4. Le sujet semble très intéressant, mais la forme ne me dit rien du tout. En ce moment, je lis Max Gallo (1942), qui reste très clairement dans le livre historique mais dont la plume rend le récit de cette guerre dynamique, vivant et très intéressant. Il y a de nombreux passages de correspondances de l’allemand Rommel à sa femme ou encore de De Gaulle à sa femme. On arrive donc à entrer dans l’intimité de ces personnages clefs tout en s’inscrivant dans un tout purement historique. Je pense que c’est ce qui manque aux Demoiselles de Provence.

  5. Et bien je viens d’apprendre que Patrick de Carolis écrivait des livres historiques, ça pourrait me plaire mais ton avis me rend hésitante 🙂 J’apprécie le genre, une mine d’informations, moi qui a eu tant de mal à retenir les dates et la généalogie en cours ^v^ Je me rabattrai sans doute sur un autre livre si je souhaite me replonger dans ce genre. Merci pour ton avis en tout cas! J’apprécie toujours autant faire une petite visite sur ton blog.

  6. Pingback: Bilan du mois : mars 2013 | Les Livres de Céline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s