Au temps du roi Edouard – Vita Sackville-West

4e de couverture :

« Margaret prétend qu’elle veut épouser un peintre, dit Sylvia, en regardant sa fille avec compassion.
– Quoi ! s’écria la duchesse, un peintre ? Quel peintre ? A-t-on jamais entendu chose pareille ? La fille de lady Roehampton épouser un peintre ? Mais non, mais non…
Vous épouserez Tony Wexford, et nous verrons après ce qu’on pourra faire pour le peintre », ajouta-t-elle, en lançant à Sylvia un coup d’oeil rapide.

Dans cette chronique grinçante de l’aristocratie anglaise du début du XXe siècle, Vita Sackville-West fait craquer sous les passions le vernis des bonnes manières.

au temps du roi edouard

Mon avis :

Je poursuis ma découverte des auteurs anglais classique avec Vita Sackville-West et Au temps du roi Edouard, un roman dressant un aperçu sans complaisance de la haute société anglaise du début du XXe siècle, dans les dernières années du règne du roi Edouard VII.

Dans ce roman, nous suivons Sebastien, duc de Chevron. Ce jeune aristocratique anglais rejette le monde auquel il appartient à cause de son hypocrisie, ses convenances, ses obligations mondaines, ses adultères et son ennui. Lors d’un week-end, Leonard Anquetil, un aventurier, lui propose de partir avec lui pour échapper à ce monde et son avenir tout tracé. Mais Sebastien, qui vient de succomber aux charmes de la meilleure amie de sa mère, et se croyant maître de son destin va refuser. Très honnêtement, Sebastien m’a un peu agacé : coincé entre le rejet de son monde et un futur auquel il ne semble pas vouloir échapper, j’aurais aimé qu’il prenne plus de décisions.

Si le personnage principal est Sebastien, toute la galerie des personnages secondaires permet de dresser un tableau très réaliste de cette époque entre aristocratie, classes moyennes et domestiques qui n’a pas été sans me rappeler Downtown Abbey par moment. On découvre un monde qui change : l’austérité de l’époque victorienne fait place à un relâchement des moeurs, mais seulement derrière le mur des convenances. La jeune génération s’émancipe notamment avec Viola, la soeur de Sebastien qui choisit de vivre seule en appartement à Londres ou avec le fils de l’intendant de Chevron qui devient mécanicien au lieu de succéder au poste de son père.

J’ai apprécié l’écriture de l’auteure. Son style est fluide ce qui m’a permis de lire ce roman très rapidement.

En bref, Au temps du roi Edouard dresse un tableau sans concession de la société du début du XXe siècle, et notamment de l’aristocratie.

Ma note : ♥♥♥♥

Au temps du roi Edouard
Titre VO : The Edwardians (1930)
Vita SACKVILLE-WEST
Editions Le livre de poche
253 pages

94217010201054395233087    God save the livre

Lu dans le cadre du « mois anglais », du challenge « God save the livre – édition 2013 » et en lecture commune avec Bianca, Claire et Fanny

Publicités

20 réflexions sur “Au temps du roi Edouard – Vita Sackville-West

  1. Pingback: Au temps du roi Edouard | des livres, des livres !

  2. Beau billet Céline, comme toujours ! Tu as très bien résumé ma pensée, j’ai trouvé que ce roman était comme un tourbillon, il m’a enchanté, d’où mon coup de cœur, peut-être parce que je suis fascinée par cette époque et aussi parce que le style de l’auteure m’a vraiment séduite ! Bises

    • Merci Bianca ! 🙂
      Je pense que j’ai été un peu moins sensible que toi à la plume de l’auteure d’où l’absence du 5e petit coeur. C’est également une époque qui me fascine. En tout cas, je lirai d’autres romans de l’auteur !
      Bises

  3. Ce livre me tente grandement. Je n’ai encore rien lu de cette auteure mais cela ne saurait tarder. Je sens que je vais encore faire des emplettes cet été. Dis-moi tu ne serais pas intéressée par hasard par une LC autour de Belle du Seigneur, à l’occasion de la sortie en salle de l’adaptation j’avais envie de le lire et je cherche des participantes. Je pense qu’un roman comme celui-ci serait passionnant en discussion, aussi ce serait l’occasion de faire plus connaissance. Préviens-moi si cela te tente.

    • J’espère que tu apprécieras quand tu le liras 🙂
      Pour la LC, malheureusement, je n’ai pas Belle du Seigneur dans ma PAL et n’ai pas prévu de l’acquérir pour le moment, je me vois donc contrainte de refuser ta proposition qui est tentante. D’ailleurs, je ne savais qu’une adaptation allait sortir alors merci pour l’info 🙂

  4. Pingback: Au temps du roi Edouard de Vita Sackville-West | Netherfield Park

  5. Je ne connais cette auteure et ta chronique me donne très envie de la découvrir et en plus je suis fan de Downton Abbey ! Bonne soirée.

  6. Un beau billet Céline! J’ai été ravie de partager cette lecture commune avec toi.
    Comme toi, je n’aurais pas mis de cinquième coeur car le style de l’auteure m’a semblé un peu trop froid.
    Mais j’ai beaucoup apprécié cette ambiance à la Downton Abbey et cette description de la haute société.

  7. Pingback: Bilan de lecture : juin 2013 | Les Livres de Céline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s