Maine – J. Courtney Sullivan

4e de couverture :

Pourquoi la vie de famille est-elle si compliquée ? Et comment faire quand la moindre conversation peut déclencher un drame ? Les femmes de la famille Kelleher se posent les mêmes questions mais n’y apportent jamais les mêmes réponses. Réunies pour une dernière fois dans leur maison de vacances du Maine, Alice (la grand-mère), Kathleen (la mère), Maggie (la petite-fille) et Ann Marie (la belle-fille), tentent de vivre ensemble malgré les secrets et des discordes passées. Cet été bouleversera leur existence.

maine

Mon avis :

Quand j’ai été contacté par les éditions Rue Fromentin pour lire Maine, deuxième roman de J. Courntey Sullivan, j’étais persuadée que l’apprécierai : un livre qui mêle histoire de famille sur plusieurs générations et secrets a de grandes chances de me plaire. Et effectivement, Maine m’a beaucoup plu.

Comme tous les étés, Alice se prépare à accueillir sa famille dans leur maison de vacances familiale dans le Maine selon un planning établi : juin pour la famille de son aînée Kathleen, juillet pour la famille de son fils Pat, et août pour sa fille Clare. Ce roman est un récit à quatre voix, de quatre femmes appartenant à cette famille : celle des Kelleher.

Alice, la grand-mère, est une très belle femme de plus de 80 ans, extrêmement croyante, à la personnalité changeante. Quand elle était jeune, elle voulait être artiste peintre et vivre à Paris. Toutefois, la mort prématurée de sa soeur Mary va bouleverser son destin. C’est à contre-coeur qu’elle se marie et fonde une famille bien qu’elle soit amoureuse de son mari, Daniel. Un lourd secret la pousse dans l’alcoolisme. Au fil des chapitres qui lui sont consacré, on en apprend plus sur ses rêves, ses espoirs déçus, ses blessures et évidemment sur ce terrible secret qui hante son existence.

Kathleen, la fille, est une ex-alcoolique, divorcée, qui s’est installée en Californie pour élever des vers avec son nouveau compagnon. Depuis le décès de son père, elle ne voit plus que rarement sa famille qui est pour elle source de colère et de rancœur.

Maggie, la fille de Kathleen, est une trentenaire New-Yorkaise que son petit ami, Gabe, vient de quitter. Elle vient d’apprendre qu’elle est enceinte. Elle se rend dans la maison du Maine pour panser ses blessures et pour faire face à sa nouvelle situation, car elle décide de garder l’enfant.

Ann Marie, la belle-fille d’Alice, semble être la parfaite femme au foyer accomplie : maison impeccablement tenue, trois enfants à qui tout semble réussir. Elle semble maîtriser chaque moment de son existence pourtant tout n’est qu’apparence : ses enfants la déçoivent, toute passion est éteinte entre son mari et elle et elle fantasme sur l’un de ses amis. Pour occuper ses longues journées, elle se passionne pour la décoration de maison de poupée.

Maine est un roman très féminin qui aborde de nombreux thèmes : les racines familiales irlandaises, l’alcoolisme, le catholicisme, la guerre, l’évolution des femmes au fil des générations et parfois aussi le choc des générations. J’ai également apprécié la diversité des personnages secondaires et notamment Daniel qui m’ai apparu comme un homme bon et attentionné. Si Daniel est décédé au moment de l’intrigue, j’ai pu ressentir le poids de son absence et sa conséquence directe : le manque de cohésion familiale. La fin m’a un peu laissé sur ma faim. J’aurais aimé que les relations entre les différents membres de la famille s’apaisent ou tout du moins qu’ils en arrivent à un minimum de compréhension. J’aurais aussi préféré que le destin de la maison du Maine.

Par ailleurs, j’ai été un peu déçue de trouver plusieurs coquilles au cours de ma lecture. Personnellement, c’est quelque chose qui me gêne et je trouve que ça nuit à la qualité de l’ouvrage, bien que l’histoire soit très bonne.

En bref, Maine est un très bon moment pour cet été. J’ai pris plaisir à suivre Alice, Kathleen, Maggie et Ann Marie à voir disparaître les faux-semblants qui les entourent et à les voir évoluer, même si j’aurais préféré une fin un peu plus optimiste. En tout cas, je lirai avec plaisir le premier roman de l’auteure : Les débutantes.

Ma note : ♥♥♥♥

Maine
Titre VO : Maine (2011)
J. Courtney SULLIVAN
Editions Rue Fromentin
450 pages

Merci aux éditions Rue Fromentin pour la découverte.

Lu en lecture commune avec Bianca

Publicités

31 réflexions sur “Maine – J. Courtney Sullivan

  1. Bianca et maintenant toi! Je le veux! ^^ Je crois que le prix ne réussira pas à me rebuter. Les portraits de ces quatre femmes donnent envie de mieux les connaitre! C’est le genre de roman qui fait du bien quand vient l’été.
    Merci pour ce bel avis! Bises et bonne soirée! 🙂

  2. Moi je l’avais beaucoup aimé, plus que ce à quoi je m’attendais parce que je trouvais que l’histoire et les personnages étaient assez fouillés, et le tout très bien raconté. J’ai aimé la fin aussi autant que je m’en souvienne, parce que justement ça ne faisait ni « tout est bien qui finit bien » ni « mon dieu tout est fini ». MAintenant comme toi j’avais pesté contre les coquilles, mais c’est général apparemment…

    • C’est vrai que l’histoire et les personnages sont très fouillés. Tant mieux si tu as aimé la fin car je n’aime pas finir sur une mauvaise impression.
      Je n’ai pas lu un article sur ce livre qui ne parlait des coquilles. C’est vraiment dommage !

  3. J’ai hésité à prendre ce bouquin. La couverture me tentait bien, mais le résumé m’a un peu refroidie. Ton résumé me donne finalement bien envie de le prendre la prochaine fois que je tomberai dessus!

  4. Nous sommes totalement d’accord notamment sur la fin que j’ai trouvée décevante et sur les coquilles. Comme toi j’ai beaucoup aimé la plume de l’auteure et les thèmes abordés.

    • Je m’attendais vraiment à autre chose pour la fin. Je ne pourrais pas te dire quoi, mais autre chose. Apparemment, on trouve également des coquilles dans Les débutantes… C’est vraiment dommage. Enfin, je le lirai quand même car j’ai beaucoup aimé la plume de l’auteure.

  5. Les Débutantes aussi me donne très envie ^^
    Cette deuxième chronique me convaincs il rentre tout de suite dans ma WL ^^

  6. Oh, je ne me souviens pas avoir remarqué autant de coquilles que cela… Mon regard s’est émoussé, je le crains 🙂 En tout cas, je suis bien contente qu’il t’ait plu ! J’avais beaucoup aimé ce livre, plus que toi il me semble… Mais, étrangement, je ne me souviens pas de la fin o_O

    • J’ai vraiment beaucoup aimé mais c’est vrai que comme la fin ne m’a pas emballé, je reste sur une impression plus mitigée.
      Le livre se termine dans l’église où Alice prie…

  7. Moi les coquilles me sautent au visage ! Mais bon, heureusement que le livre est bien, ce qui n’excuse pas la maison d’éditions pour autant mais fait passer la pilule !!! 🙂 Dans Les Débutantes, pareil (même pire) mais là aussi l’auteure nous ferre et on la suit…

    • Si l’histoire n’avait pas été aussi prenante, les coquilles pourraient me faire lâcher le livre. Je pense du coup emprunter à la médiathèque Les débutantes car ça m’énerve d’acheter un livre avec des fautes…

  8. Pingback: Maine | des livres, des livres !

  9. Secrets de familles + plongés dans le passé avec plusieurs générations + origines irlandaires : c’est un livre pour moi ! Merci de la découverte. Ceci dit j’attendrais la correction des coquilles que tu as mentionné car je suppose que la maison d’édition t’a demandé un retour sur le livre 🙂

    • Je ne pense pas qu’elles seront corrigées malheureusement car le livre est en librairie depuis mai. Ce qui est dommage, c’est que c’est pareil avec le premier roman de l’auteure. Moi, ça m’ennuie d’acheter un roman quand je sais d’avance qu’il y a des fautes dedans :s

      • Je suis boen d’accord avec toi ! Quand c’est encore en beta lecture ca passe, après c’est tout de suite rédhibitoire ! D’ailleurs les livres où j’ai trouvé des coquilles ca m’a vraiment choquée. Surtout quand c’est des grosses éditions qui peuvent clairement se payer du personnel pour faire maintes relectures ! Inadmissible !

        • Moi aussi ça me choque ! Je n’ai pas la prétention d’être la reine de l’orthographe alors quand je vois des fautes dans un roman ça me saute aux yeux… Surtout que ces romans sont quand même censés être lus et relus pour que ce genre de choses n’arrive pas. Enfin bref !

        • Moi aussi ça me choque ! Je n’ai pas la prétention d’être la reine de l’orthographe alors quand je vois des fautes dans un roman ça me saute aux yeux… Surtout que ces romans sont quand même censés être lus et relus pour que ce genre de choses n’arrive pas. Enfin bref !

  10. Avec Bianca, vous m’avez donné très envie de me plonger dans ce roman…J’attendrai de pouvoir le réserver à la médiathèque mais il a l’air vraiment très bien!!!!J’adore les romans avec des portraits de femmes sur plusieurs générations et des secrets de famille enfouis.
    C’est génial que Rue Fromentin vous ait contacté toutes les deux pour un partenariat. Bravo!
    Biz

  11. Pingback: Bilan de lecture : juillet 2013 | Les Livres de Céline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s