Persuading Annie – Melissa Nathan

4e de couverture :

Meet Annie Markham. Gentle, sweet and kind. Except for her dark side. A dark side called Jake Mead. Seven years ago he’d been her entire world, even though her godmother had tried to persuade her to dump him. But when the going got tough, Annie’s ‘tough’ got going. Jake’s hasty departure from her life proved that a) godmothers are cleverer than they look and b) the only thing reliable about men is that they’re totally unreliable.

Now Jake is back in her life. And he’s the one man who may just save her family’s ailing company. But what Annie doesn’t know is that Jake has an Achilles’ heel. An Achilles’ heel called Annie Markham. He’s never quite got over her treatment of him all those years ago. This is the perfect opportunity for what some may call ‘closure’. But what Jake calls, ‘revenge’.

persuading annie

Mon avis :

Après avoir découvert et passé un excellent moment avec Acting Up, il me tardait de découvrir Persuading Annie de la même auteure. Cette fois, il s’agit d’une réécriture moderne de Persuasion qui est mon deuxième roman favori de Jane Austen.

Dans ce roman, nous suivons Annie Markham, qui sept ans auparavant s’est séparé de son amoureux, Jake Mead, suite à un énorme malentendu. Annie voit Jake revenir dans sa vie quand celui-ci est engagé pour sauver la société de son père de la faillite…

J’ai pris énormément de plaisir à cette lecture. Comme pour Acting Up, ce qui fait la force de ce roman ce n’est pas son intrigue puisqu’elle reprend celle de l’oeuvre de Jane Austen, mais c’est la subtilité avec laquelle Melissa Nathan a adapté les événements d’un classique anglais à notre époque. Et pour avoir relu Persuasion il y a quelques semaines, j’en ai été encore plus consciente au cours de ma lecture qu’avec Acting Up. J’ai surtout adoré la meilleure de l’auteure d’aborder l’intrigue qui correspond à Mr Elliot (l’héritier) dans Persuasion.

J’ai beaucoup aimé les personnages. On retrouve facilement à qui ils correspondent dans Persuasion : la marraine qui s’immisce trop dans les choix de sa filleule, la soeur préférée du père, la soeur qui se plaint, l’homme qui plait à la famille…Je les ai aussi trouvé très bien développés par l’auteure, notamment Jake et Victoria, la soeur de Annie. On a accès à leurs pensées et on comprend bien leur comportement et leur évolution.

En bref, j’ai vraiment passé un bon moment avec Persuading Annie, qui est une excellente réécriture moderne de Persuasion. Je crois même que je l’ai préféré à Acting Up (il va falloir que j’y réfléchisse encore un peu). Je le conseille vivement à toutes les amatrices (et amateurs ?) de l’oeuvre de Jane Austen.

Ma note : ♥♥♥♥

Persuading Annie (2001)
Melissa NATHAN
Editions Arrow Books
375 pages

God save the livreLu dans le cadre du challenge « God save the livre – édition 2013 »

Publicités

Charlotte Collins – Jennifer Becton

4e de couverture :

Dans Orgueil et préjugés, Elizabeth fait un mariage d’amour avec Mr Darcy alors que Charlotte fait le choix de la raison en s’unissant au mielleux révérend Collins. Un mariage qui, à défaut de lui révéler l’amour, lui vaut une situation confortable.

Lorsque son mari meurt, Charlotte est délivrée de ses pénibles sermons. Elle accepte alors de chaperonner sa petite soeur dans l’espoir de lui éviter une union malheureuse. Les deux soeurs sont courtisées par des gentlemen américains peu soucieux des convenances. Alors que sa réputation est mise à mal par un libertin, et qu’elle se débat contre la calomnie, Charlotte qui n’a jamais cru au mariage d’amour va devoir reconsidérer son point de vue.

charlotte collins

Mon avis :

Dans le roman Orgueil et préjugés, Charlotte Lucas est loin d’être mon personnage préféré. Dépourvu de romantisme et dotée d’un sens pratique et d’un réalisme à toute épreuve, elle choisit de faire un mariage de raison et épouse Mr Collins. Ainsi, elle gagne son indépendance et n’est plus un poids pour sa famille. Avouez-le, il n’y a rien qui fait rêver là-dedans…

Quand j’ai vu que Jennifer Becton s’était attaqué au destin de Charlotte Collins, j’étais impatiente de découvrir ce qu’elle allait réserver à ce personnage et j’étais ravie de retrouver les lieux et les personnages d’Orgueil et préjugés.

J’ai donc été un peu déçue lorsque j’ai compris que les seules personnages que je retrouverais de mon roman préféré était Charlotte et sa soeur Maria. Elizabeth et Darcy ne sont évoqués que brièvement et, la plupart du temps, pour vanter la chance qu’ils ont eu de faire un mariage d’amour. On a également une brève apparition de lady Catherine de Bourgh. Au final, le lien avec Orgueil et Préjugés est tellement ténu que l’auteur aurait pu tout aussi bien nommer les deux soeurs autrement.

Malgré cette petite déception, j’ai passé un bon moment avec Charlotte Collins. Nous la retrouvons deux ans après le décès de Mr Collins. Elle décide de prendre en charge sa jeune soeur et de la chaperonner en société dans le but de lui trouver un mari qu’elle aime. De salon de thé en salle de bal, nous suivons le parcours des deux soeurs qui n’est pas sans rebondissements, mais qui toutefois ne m’a guère surprise. J’ai beaucoup aimé l’évolution des deux personnages : Charlotte qui apprend à écouter son coeur et Maria qui devient plus posée, plus mature.

L’auteure nous rappelle ainsi à quel point la réputation d’une femme peut être fragile à cette époque et soumise aux pires ragots, puisque Charlotte et Maria en feront les frais chacune à leur tour. Elle évoque également la situation précaire des veuves qui se retrouvent bien souvent sans revenus du jour au lendemain.

En bref, j’ai passé un bon moment de lecture avec Charlotte Collins. L’intrigue est bien menée mais guère surprenante. En tout cas, ça fait plaisir de voir Charlotte s’épanouir loin de l’ennuyeux Mr Collins !

Ma note : ♥♥♥♥♥

Charlotte Collins
Titre VO : Charlotte Collins, a continuation of Jane Austen’s Pride and Prejudice (2010)
Jennifer BECTON
Editions Milady Romance, Collection Pemberley
366 pages

Acting up – Melissa Nathan

4e de couverture :

When journalist Jasmin Field lands the coveted role of Elizabeth Bennet in a one-off fundraising adaptation of Pride and Prejudice she discovers that the play’s director, Hollywood heart-throb Harry Noble, is every bit as obnoxious as she could have hoped. Which means a lot of material for her column. And a lot of fun in rehearsals.

And then disaster strikes. Jazz’s best friend abandons her for a man not worthy to buy her chocolate, her family starts to crumble before her eyes and her award-winning column hits the skids. Worse still, Harry Noble keeps staring at her. As the lights dim, the audience hush and Jazz awaits her cue, she realises two very important things, one: she can’t remember her lines, and two: Harry Noble looks amazing in breeches…

acting up

Mon avis :

J’ai découvert ce roman au moment du 200e anniversaire d’Orgueil et préjugés en janvier dernier sur les blogs de Claire et d’Alice : Acting up était cité en tant que meilleur roman dérivé d’Orgueil et préjugés. Curieuse de le découvrir à mon tour, je l’ai vite commandé et j’ai enfin pu me lancer dans sa lecture ce mois-ci.

Acting up, à ce jour uniquement disponible en anglais, m’a fait passer un excellent moment. Pour ce qui est de l’anglais, je l’ai trouvé très abordable : je ne suis pas billingue, mais j’ai lu assez facilement et rapidement ce roman.

Dans cette réécriture moderne d’Orgueil et préjugés, nous suivons Jasmin – Jazz – Field, journaliste dans un magazine féminin. Elle décroche le rôle l’Elizabeth Bennett dans l’adaptation théâtrale d’Orgueil et préjugés. La pièce, montée dans un but caritatif, est dirigée par Harry Noble, un célèbre acteur, aussi beau qu’arrogant…

Ce qui fait la force de ce livre, ce n’est pas vraiment l’intrigue, puisque celle-ci se calque sur celle d’Orgueil et préjugés, mais la finesse avec laquelle l’auteure adapte cette histoire et ses personnages à notre époque. Ainsi Jasmin/Elizabeth a toujours tendance à juger les gens rapidement et utilise sa langue acérée dans sa profession : journaliste. Harry Noble/Darcy est un acteur oscarisé, très imbu de sa personne. On retrouve très facilement les deux personnages principaux de l’oeuvre de Jane Austen. Et ils s’insèrent parfaitement à l’époque moderne. Il en va de même avec les autres personnages et tous les événements marquants d’Orgueil et préjugés.

Par ailleurs, j’ai tout particulièrement aimé la manière que Melissa Nathan a eu d’aborder le personnage de Wickham et sa relation avec Georgiana. Je n’en dis pas plus, histoire de vous donner envie de lire ce roman.

En bref, Acting Up est une excellente réécriture moderne d’Orgueil et préjugés et devient sans hésitation mon austenerie préférée.

Ma note : ♥♥♥♥

Les avis d’Alice et de Claire

Acting Up (2000)
Melissa NATHAN
Editions Arrow Books
344 pages

God save the livreLu dans le cadre du challenge « God save the livre – édition 2013 »